Blog / Inspiration voyages - Destinations / Découvrir le Cambodge autrement, loin du tourisme de masse

Découvrir le Cambodge autrement, loin du tourisme de masse

24 juin 2022
Entrée calme par l'arrière du temple d'angkor sans touriste

Rares sont les destinations aussi authentiques que le Cambodge. Mondialement célèbre  grâce au site archéologique d’Angkor, classé au patrimoine mondial de l’UNESCO depuis  1992, le pays offre à ses visiteurs une multitude d’opportunités d’éveiller leurs sens. De par  son histoire, sa culture ou encore ses paysages de carte postale, le royaume est, à n’en pas  douter, une destination à part entière. Pour en découvrir la richesse mieux vaut sortir des sentiers battus et découvrir le Cambodge autrement.

Mélanie et Nathalie sont les fondatrices de l’agence Siem Reap à la Carte, notre partenaire historique pour un Ethik Trip sur mesure au Cambodge. Aujourd’hui elles nous proposent un articles pour vous présenter plusieurs alternatives aux temples d’Angkor. Ces derniers sont effectivement superbes mais victime du tourisme de masse. Le pays regorgeant de temples et autres sites historiques vous avez pléthore de choix pour découvrir la civilisation khmer sans pour autant faire la queue avec les autres touristes.

Les conséquences du tourisme de masse sur le site sacré d’Angkor 

Plus de 6 millions de touristes ont visité les temples d’Angkor en 2019, un succès qui  menace les vestiges de l’empire khmer qui souffrent des affres du temps et de  dégradations. Une surfréquentation aux conséquences dramatiques : pollution,  embouteillages et détérioration du site. Ca ne vous rappelle rien ? Ce sont les mêmes maux que nous avions évoqué pour la Baie d’Halong elle aussi victime du Surtourisme.

Le site archéologique d’Angkor le plus vaste de la planète est devenu incontournable pour  les visiteurs étrangers mais l’afflux de touristes pose de nouveaux problèmes à la  préservation des édifices déjà malmenés par la végétation tropicale envahissante ainsi que  les pluies de mousson. Le piétinement incessant de même que la pollution engendrée par la  circulation des véhicules en tout genre érodent la pierre de grès, abîment les racines des  arbres et les doigts endommagent les bas-reliefs. Les experts sont par ailleurs très inquiets  de l’épuisement de la nappe phréatique locale, à cause de la forte consommation d’eau des  touristes. 

Face à ces constats, le gouvernement cambodgien ainsi que le secteur privé tentent de  nouvelles approches telles que des offres de tourisme communautaire, d’agrotourisme, le  développement de nouvelles activités ainsi qu’une campagne de nettoyage de la ville de  Siem Reap. Grande avancée également du côté du réseau routier de Siem Reap qui revêtira  un nouveau visage dans les quelques mois à venir. Tout cela avec l’objectif de faire découvrir aux nombreux visiteurs le Cambodge autrement.

Les rénovations perpétuelles 

Chaque jour des centaines de bus déposent des flots de touristes sur les temples principaux  tels qu’Angkor Wat le plus grand monument religieux du monde devant lequel il a fallu  construire une passerelle temporaire pour remplacer le pont fragilisé qui nécessitera 5 ans  de restauration. Au Ta Prohm, qui a servi de décor pour le film Tomb Raider, le temple est  devenu une curiosité, aujourd’hui, il est en cours de rénovation au même titre que de  nombreux autres sites. Un succès qui peut s’avérer dévastateur, en effet des millions de  touristes qui marchent sur les racines finissent par les tuer. S’ensuit l’effondrement de murs  entiers qui étaient soutenus par les arbres. Sur certains sites, la restauration est en cours et  l’accès au temple est complètement fermé au public. Il y a pour le moment une dizaine de  chantiers sur tout le site d’Angkor.

Image

Le calme retrouvé pendant la pandémie 

A ne pas en douter, et comme pour de multiples sites touristiques sur le globe, la pandémie  aura permis à leurs très rares visiteurs de découvrir ou redécouvrir ces joyaux  d’architecture sous un angle privilégié. Les publications sur les réseaux sociaux de voyageurs  ou locaux seuls au milieu de ces pierres centenaires ont fleuri un peu partout. Se retrouver  seul(e) au sein du majestueux temple d’Angkor Wat n’est pas un événement qui risquera de  se reproduire de si peu. Pour autant, la question se pose de savoir si ceci est une bonne ou  une mauvaise chose, surtout lorsque l’on connaît les conséquences désastreuses que la  fermeture des frontières a eu sur l’économie du Cambodge… 

Afin de ne pas reproduire les erreurs du passé, et autant que faire se peut, le gouvernement  cambodgien a décidé d’agir en trouvant un compromis via une gestion des flux qui  permettrait de limiter le nombre de visiteurs sur les temples les plus populaires tout en  conservant des visites authentiques. Espérons que cette prise de conscience des autorités  soit la plus bénéfique pour tous. 

Les alternatives à Angkor pour découvrir le Cambodge autrement

Phnom Kulen 

Le Phnom Kulen (qui signifie littéralement montagne des litchis) est un grand massif situé à  moins de deux heures de route de Siem Reap. Ce site extraordinaire et très populaire saura  certainement vous séduire. Au rendez-vous paysages exceptionnels, histoire légendaire et  immersion dans la vie locale. 

Un site sacré… 

Phnom Kulen est un lieu de pèlerinage important du Cambodge et est considéré comme  l’une des grandes montagnes les plus sacrées du pays. On raconte que c’est ici que l’ancien  roi Jayavarman a déclaré l’indépendance du pays dans les années 800. Ses eaux sont  réputées très pures, elles auraient même guéri le roi de la lèpre selon la légende. Profitez-en  donc pour vous asperger d’eau sacrée et y faire un vœu, peut-être ce dernier se réalisera-t il!  

Ses cascades sont devenues un point de rendez-vous très prisé des locaux pour partager un  pique-nique au bord de l’eau. 

Les villages flottants 

Faire une balade sur le lac Tonlé Sap est une activité incontournable durant un passage à  Siem Reap si l’on souhaite découvrir le Cambodge autrement. Le lac est situé à une vingtaine de kilomètres au sud de la ville. Il ne s’agit pas ici  des maisons sur pilotis cambodgiennes mais bien de maisons flottantes qui se déplacent 3  fois par an au gré des crues et des décrues.  

Image

La douceur de vivre sur l’eau 

260 familles vivent sur le lac, soit environ un millier d’habitants, pêcheurs pour l’essentiel. 

La vie quotidienne de ses habitants s’articule dans ce village sur l’eau et au sein de ce petit  paradis de pêcheurs qu’est le Tonlé Sap désigné Réserve de Biosphère par l’UNESCO en  1997. La réserve ornithologique de Prek Toal abrite la plus grande colonie d’oiseaux  aquatiques d’Asie du Sud-Est (plus de 150 espèces), un vrai fantasme pour les ornithologues  !  

Les villages flottants se sont refait une beauté 

Les conditions de vie sur le lac sont rudes, les villages ne bénéficient d’aucun réseau  électrique, ni d’eau courante ou d’évacuation des eaux usées. Les déchets finissaient  jusqu’alors soit brûlés, soit dans le lac. Depuis le mois de juin 2020, la Fondation Tampaing  Snong Russey a mis en place un projet appelé “le plastique contre du riz” afin que chaque  famille apprenne à se débarrasser correctement de ses déchets. Elle encourage les individus  et les communautés à jouer un rôle actif dans la protection de l’environnement et du Tonle  Sap en particulier.  

Souvent confondus avec les villages de maisons sur pilotis eux aussi basés sur le Tonlé Sap et  surexploités, les villages flottants restent, encore à ce jour, épargnés par le tourisme de  masse voire confidentiels… 

Preah Vihear 

Le temple de Preah Vihear, au nord du Cambodge, est doté d’une situation géographique  exceptionnelle, à la frontière entre le Cambodge et la Thaïlande. Il se compose d’une série  de sanctuaires qui rendent ce lieu unique.  

Image

Une architecture remarquable…  

Construit entre le Xe et le XIIIe siècle, ce temple fut pendant des centaines d’années un  monastère et un lieu de pèlerinage très important. Aujourd’hui, vous pourrez apprécier sa  somptueuse architecture, relativement différente des autres temples khmers. Les  Cambodgiens considèrent Preah Vihear comme un véritable trésor architectural. C’est un  temple particulièrement bien conservé où vous pourrez admirer les décors qui figurent sur  ses tours monumentales. Le temple de Preah Vihear est classé depuis 2008 au patrimoine  mondial de l’humanité par l’UNESCO et un incontournable pour tout ceux qui souhaitent découvrir le Cambodge autrement . 

Une vision globale du Cambodge et de la Thaïlande…  

En 1962, après de nombreuses batailles entre la Thaïlande et le Cambodge pour  s’approprier le site, sa souveraineté a finalement été rétablie et confirmée cambodgienne.  Le temple est situé au sommet de la chaîne de montagnes de Dangrek, qui délimite la  frontière naturelle entre ces deux pays. Culminant à plus de 500 mètres d’altitude, vous  profiterez d’une vue spectaculaire sur la nature cambodgienne, mais aussi thaïlandaise. De  quoi vous éblouir ! 

Koh Ker

Ce site archéologique, beaucoup moins fréquenté que celui d’Angkor, a été la capitale de  l’Empire khmer entre 928 et 944, juste avant que ne le soit Angkor. Cette gigantesque  pyramide impressionne toujours autant aujourd’hui les voyageurs les plus curieux qui  choisissent de s’y rendre. 

Un site unique perdu dans la forêt  

Du haut de ses 36 mètres la pyramide de Koh Ker est la pièce centrale d’un complexe de 16  temples. Elle suscite, non sans surprise, l’intérêt le plus grand des visiteurs qui peuvent  flâner au milieu des arbres et de la végétation pour découvrir au détour d’un chemin les  nombreux satellites. Ces temples sont d’influence religieuse hindouiste, caractéristique de  cette époque. 

Image

Le clou de la visite 

C’est au terme d’un certain effort physique, et une fois atteint le sommet de la pyramide  (appelée Prang – nom d’origine thaïlandaise), que les visiteurs auront le privilège d’observer  la vue imprenable sur la nature et les forêts luxuriantes qui entourent ce temple. Il est  d’ailleurs conseillé d’arriver sur le site au plus tôt afin d’effectuer l’ascension des six étages  sous des températures encore acceptables. 

Beng Mealea  

Récemment inclus dans le pass d’Angkor, le temple de Beng Mealea reste pour le moment  encore préservé des hordes de touristes. Situé non loin du Phnom Kulen et à 42km au nord  de Siem Reap, ce complexe fut le principal lieu de tournage du film “Deux frères” de Jean Jacques Annaud. Les cinéphiles reconnaîtront ce théâtre verdoyant où la nature a repris ses  droits depuis bien longtemps.  

Une cité hors du temps  

Les nombreuses similitudes entre Beng Mealea (qui signifie “ étang de lotus”) et Angor Wat  font penser à certains historiens que ce dernier en est une réplique à grande échelle. Ici, le  temps s’est arrêté mais la nature a continué de proliférer. En effet, les racines et les lianes  continuent d’envahir le temple lui conférant le mystère d’un lieu secret, caché, perdu au  milieu de la jungle. Vous pourrez cependant le visiter en toute sécurité grâce aux passerelles  en bois qui ont été installées à l’intérieur des ruines et qui permettent aux voyageurs de se  retrouver au plus près des bas-reliefs et autres représentations hindouistes et bouddhistes  du temple. Nul doute que vous vous sentirez l’âme d’un aventurier si vous vous rendez à  Beng Mealea. 

Ces quelques exemples vous auront certainement mis l’eau à la bouche et donné une  irrésistible envie de découvrir les merveilles du Cambodge autrement.

Anne Chéné