Blog / Carnet de Voyage / Carnet de voyage entre le Lac Rose et le Sine Saloum au Sénégal

Carnet de voyage entre le Lac Rose et le Sine Saloum au Sénégal

11 juillet 2022
photo avec en premier plan les feuilles palmiers

En juin dernier, je suis partie à la découverte du Sénégal, le temps de quelques jours, en mode « slow tourisme ».   

J’avais ce besoin de ralentir, de prendre le temps, loin du bruit de la capitale sénégalaise, Dakar. J’ai ainsi pu profiter pleinement de deux hébergements, très différents mais qui ont ce même point commun : permettre aux voyageurs de se déconnecter, dans un cadre naturel unique.

Je vous emmène donc au cœur du Lac Rose puis dans le Sine Saloum pour vous faire découvrir ces deux adresses écoresponsables et les activités insolites que j’ai pu faire, hors des sentiers battus…

Découvrir le Lac Rose …autrement !

Le soleil est caché par un ciel gris et brumeux et la chaleur est déjà belle et bien là en cette matinée de juin.

Après une heure de route depuis l’aéroport de Dakar, les derniers kilomètres sur le sable me font arriver dans un hébergement intégré dans la nature.

Me voici au Gîte du Lac, un écogite nature qui surplombe une bananeraie, en bordure du célèbre lac Rose. C’est dans cet endroit où je vais passer mes deux prochaines journées et nuits.

Le Gîte du Lac compte seulement 13 chambres au confort simple avec salle de bain et WC. Les chambres ont soit une vue sur le Lac, soit sont plus « isolées », à l’ombre des bananiers et des bougainvilliers.

À peine arrivée, je remarque de suite le calme qui règne ici…

Mes voisins semblent être des oiseaux qui ont élu domicile au Gîte du Lac et près du Lac Rose : tourterelles, vanons, perroquets…

Je ressens tout de suite le calme et l’envie de profiter pleinement des lieux et de ce silence.

Je suis surprise de voir tout ce vert qui est autour de moi, entre les bananeraies, les feuilles de palmiers, les fleurs et les arbres de bougainvilliers. Sans parler de ce fameux lac, face à moi…

Image

D’ailleurs, le lac Retba est le véritable nom du Lac Rose et a une particularité, en plus d’être rose, c’est d’avoir une salinité supérieure à la mer Morte.

C’est sur ce lac que des dizaines de récolteurs de sel s’activent chaque jour avec leurs barques colorées remplies de sel.

« Avant de rentrer dans cette eau si salée, ils doivent s’enduire de beurre de karité sur tout le corps pour éviter que le sel attaque trop le corps.

On peut voir ces récolteurs de sel qui cassent des blocs et croûtes de sel qui se sont formés au fond du lac à l’aide d’un bâton en bois.

Puis, les travailleurs ramassent le sel à l’aide de tamis en plastique pour le déposer directement dans leur barque en bois » - récit partagé sur mon blog la Girafe qui Vole (j’ai mis un lien vers mon site si tu veux bien).

Pour aller à la rencontre de ces récolteurs, rien de mieux que de monter à bord d’une barque à sel. C’est Demba, un des récolteurs du lac, qui m’y emmène.

Image

Dès que je mets un pied dans cette barque, je remarque de suite la tranquillité des lieux, loin de la pollution sonore de Dakar et de d’autres petites villes que j’ai traversé avant d’arriver au Lac Rose.

« On traverse le lac rose au calme sans un bruit de moteur avec les pêcheurs (silencieux et concentrés) qui récoltent ces centaines de kilos de sel »

Deux autres expériences singulières à vivre lors d’un séjour au Gîte du Lac et que j’ai pu tester et approuver sont :

  • La visite de la fromagerie 

J’ai vécu un moment privilégié avec Papi qui est LE fromager du village. Il possède des dizaines de chèvres, les connait toutes et a une vraie patience et un savoir-faire pour bien s’en occuper, les traire chaque jour et fabriquer un fromage frais et succulent ! À ses côtés, j’ai pu apprendre à traire une chèvre. Un moment rempli de simplicité, de bonne rigolade (car c’est loin d’être évident d’attraper une chèvre puis de comprendre le fonctionnement de la traite) et de partage avec Papi.

  • Une balade à cheval sur les dunes et la plage, à quelques centaines de mètres du Gîte du Lac. C’est le temps d’une balade d’une heure sur le dos d’un cheval prénommé Oasis, que je suis partie me balader sur les dunes de sable puis trotter sur une longue plage sauvage.
Image

Le temps semble s’être arrêté ici. Du moins, je me sens déconnectée et j’ai perdu la notion de temps avec ce que j’ai pu découvrir en seulement deux jours.

Et ça continue avec une autre adresse 100% nature dans une région à couper le souffle…

Découvrir une partie du Sine Saloum

Après deux nuits passées au Lac Rose, je continue mon voyage jusqu’à Sokone, qui est la porte du Parc Naturel du Delta du Saloum, non loin de la frontière de la Gambie.

Le Delta du Saloum est l'un des six parcs nationaux du Sénégal qui a pour surnom « l’'Amazonie du Sénégal », et fait partie des plus belles régions du Sénégal à découvrir.

Après plus de 3h de route, j’arrive en pleine nuit dans cet écolodge appelé « les Barracudas ». Avec cette nuit noire, je n’ai pas possibilité de voir à quoi ressemble cet endroit. Je n’ai plus qu’à attendre le lendemain matin pour découvrir cet endroit, totalement intégré dans la nature…

Je découvre ma chambre, avec un grand lit et sa moustiquaire et quelques touches de décoration africaine, et je plonge dans un sommeil très rapidement pour débuter une nouvelle journée dès demain, qui j’en suis sûre sera dépaysante…

En sortant de mon bungalow, je découvre à mes pieds des coquillages blancs. Ici, ce sont des coquillages qui font office de sol et…cette vue que je remarque de suite sur la mangrove.

L’emplacement de cet écogite est au cœur d’un parc arboré avec citronniers, bougainvilliers et autres fleurs locales.

Image

Le dépaysement est déjà assuré…alors que cela fait seulement quelques minutes que je suis debout et dehors.

Je me dirige vers les parties communes où je découvre une piscine qui donne sur la mangrove. La vue est incroyable. Juste à côté, j’y vois la salle de déjeuner où Lamine, le chef de cuisine, a préparé un petit-déjeuner copieux…et local !

Au menu : du jus bissap, de la confiture de mangue et des crêpes faites maison, succulentes ! Rien de mieux qu’un tel petit-déjeuner pour explorer cette région sénégalaise qui j’en suis sûre, sera surprenante !

Le Delta du Sine Saloum « s’étend sur une zone de 500 000 ha autour du fleuve fossile Saloum et deux bras principaux, ramifiés en chenaux d’eau salée, appelés bolongs, fractionnant les terres en un dédale de plus de 200 iles. Dominés par la mangrove composée de palétuviers, les paysages combinent des tanns, étendues sableuses salées, des vasières d’eau douce frangées de palmiers, des amas coquilliers couronnés de baobabs et des étendues de savane boisée magnifiée par les fromagers et caïcédrats. Les caractéristiques uniques de cette zone estuarienne favorisent une richesse ornithologique exceptionnelle ».

Les Barracudas est une petite adresse responsable qui s’implique sur des actions solidaires auprès des locaux et qui compte seulement 14 chambres.

Image

Ma balade à bord d’un kayak au sein du Parc National du Saloum, classé Réserve Mondiale de la Biosphère

J’enfile des chaussures imperméables que l’écolodge me prête et un certain Mamadou se présente à moi pour m’informer qu’il sera mon guide pour partir en balade à bord de son kayak. Je monte à l’avant du kayak (avec un dos rembourré confortable), et c’est parti pour l’aventure au fil de l’eau…

Image

J’ai comme un sentiment d’être en Amazonie, parmi tout ce paysage sublime avec des bolongs bordés de palétuviers, ces oiseaux vivant dans la mangrove que j’aperçois brièvement ou que j’entends au loin ou encore ces crabes que l’on peut voir s’agiter sur les rives.

Au début de la balade, c’est la marée basse puis au fil du temps, Mamadou m’explique et me montre que l’eau recouvre toutes les terres boueuses en un énorme « lac » parsemés de petites îles…Le paysage est si changeant et toujours aussi calme.

Image

Entre baobabs, mangroves, cormoran, martin pêcheur, poissons volants…tout est synonyme de quiétude.

Mamadou m’a emmené en kayak. Chaussures spéciales au pied,

Les poissons sortent hors de l’eau, les crabes montrent leurs pinces hors du sable, les perroquets hurlent, les cormorans volent au moindre bruit qu’ils entendent.

Tout au long de cette balade, nous n’avons rencontré personne mais habituellement, on peut y croiser des pirogues de pêcheurs ou encore des cueilleuses d’huîtres de palétuviers.

Image

J’ai vraiment apprécié cette balade car le silence des lieux est si profond que cela en devient vraiment unique et encore une fois, hors du temps. Et pourtant, ce n’était qu’une heure et demie de balade. Je n’imagine même pas la déconnexion lorsque cette balade se prolonge pendant plusieurs heures…cela doit être une sacrée expérience !

Après une telle balade, les hamacs au bord de la rive ou quelques brasses dans la piscine de l’hébergement sont des moments propices à la détente pour se reposer et profiter des lieux comme il se doit.

Image

Et pourtant il y a aussi tellement d’autres expériences à vivre dans le Sine Saloum. C’est pourquoi, les Barracudas est l’endroit idéal pour y séjourner 2, 3 voire 4 nuits et ainsi prendre le temps d’explorer les lieux et vivre toutes les immersions possibles.

En plus, je réalise qu’en discutant avec le personnel de cet écolodge, tous les membres du personnel viennent du village situé non loin de là. Ils connaissent l’environnement des lieux et sont de parfaits hôtes pour accueillir les voyageurs.

Quoi faire dans la région du Sine Saloum ?

Ici, aux Barracudas, on prime sur « le slow travel » pour participer à des activités et expériences locales comme : 

  •        Des balades en VTT
  •    Une virée au marché local du village de Sokone qui a lieu chaque mercredi
  •  Une rencontre avec les femmes du village pour découvrir les maraîchers où elles travaillent
  • Explorer la réserve privée de Fathala qui regorge d’animaux endémiques du Sénégal ainsi que d’autres animaux sauvages comme des girafes, des zèbres, des rhinocéros, des antilopes cheval (Koba), des buffles de forêt, des élans du Cap, des phacochères ou encore des singes, des autruches et une diversité d’oiseaux.

C’est fou comment dans ces deux adresses où j’ai pu séjourner, j’ai ressenti cette sensation de me sentir seule au monde et totalement déconnectée.

Il est vrai que le wifi ne fonctionne pas partout, et parfois pas très bien et amène donc à bien se déconnecter…Et comme cela fait du bien !

Ces deux immersions, à la fois au Lac Rose et au Sine Saloum, n’auraient pas été les mêmes si je n’avais pas eu des moments de partage avec les locaux, comme avec Papi le fromager ou encore Mamadou, le guide lors de la balade en kayak.

Car, cette citation prend encore plus son sens au Sénégal… « Celui qui voyage sans rencontrer l’autre, ne voyage pas, il se déplace ».

Pour finir, découvrez sur Instagram ma vidéo dédiée à ces deux adresses

https://www.instagram.com/reel/CfJ5GmEKUIG/?utm_source=ig_embed&utm_campaign=loading
Manyssin Thin