Blog / Inspirations voyage - Transport / Voyage écoresponsable : comment bien choisir son transport et réduire son empreinte carbone ?

Voyage écoresponsable : comment bien choisir son transport et réduire son empreinte carbone ?

23 juin 2022
Un homme pose son sac à dos voyage par terre. Derrière lui une forêt de pins

Passer ses vacances à la campagne dans la Creuse chez mamie, c’est sûr : c’est écologique. Par contre, niveau dépaysement, c’est loin d’être le rêve… Mais faut-il nécessairement renoncer à toutes ses envies d’escapades pour faire un voyage eco-friendly ? Peut-on réellement concilier tourisme écoresponsable et aventure ? Nous avons une bonne nouvelle pour vous : adopter le tourisme durable sans se priver, c’est possible ! Dans cet article, découvrez 8 conseils pour organiser un voyage écoresponsable à faible impact carbone. Continuez ainsi à vivre des aventures palpitantes tout en polluant moins. 

Définition du tourisme écoresponsable

Le tourisme écoresponsable est une forme de voyage centrée sur le respect de l’environnement et la préservation des ressources planétaires. Réchauffement climatique et sauvegarde de la biodiversité sont ainsi ses principaux enjeux. À ce sujet, l’ADEME a d’ailleurs publié un rapport très complet faisant l’état des lieux de l’empreinte carbone du tourisme en France. Cette étude révèle que le transport participe à 77 % des émissions de gaz à effet de serre du secteur du tourisme. C’est ainsi le principal poste d’impact de nos voyages sur le réchauffement climatique.

Concernant la protection de la biodiversité, la sauvegarde des ressources et le respect des populations, nous vous avons déjà partagé les 10 commandements du voyageur responsable. Cet article est rempli de précieux conseils pour devenir à votre tour un explorateur engagé : limiter ses déchets, adopter la culture locale et choisir des hébergements responsables par exemple.

Pour faire un pas de plus dans la bonne direction, nous voulons vous inviter à repenser vos voyages pour réduire l’impact de vos futures vacances sur le réchauffement climatique. C’est promis, nous n’allons pas vous dire d’arrêter de prendre l’avion !

#1 Adopter le slow tourisme pour un voyage écoresponsable

Pour vos escapades plus lointaines, comment faire ? La clé pour ne pas avoir l’impression de se priver en prenant moins souvent l’avion est de changer de perspective sur ses voyages. Les voir plutôt comme une aventure à vivre que comme une check-list de lieux à visiter autour du monde. Quand vous souhaitez partir loin, demandez-vous toujours :

  • Qu’est-ce que je cherche avec ce voyage : une fuite du quotidien, du dépaysement, des beaux paysages, la découverte d’une nouvelle culture ?
  • Puis-je vivre le même genre d’expérience en partant moins loin ?

Si vous avez toujours rêvé de vous imprégner de la riche culture du Costa Rica ou que vous êtes un fanatique absolu du folklore japonais, alors ne vous privez pas ! Si un voyage vous fait vraiment rêver et que le pays n’est accessible qu’en avion en un temps raisonnable, alors allez-y.

Mais dans ce cas-là, voyez-le comme une chance incroyable, une superbe aventure et pas un simple voyage banal. Voici quelques conseils :

  • Partez longtemps : 3, 4, 5 semaines, voire plus ! Essayez de garder vos jours de congés pendant quelque temps, de poser des vacances sans solde si vous le pouvez et de tirer tout le potentiel de votre voyage ;
  • Organisez votre voyage comme un vrai projet. Planifiez votre itinéraire, vos activités et votre séjour en amont. C’est une excellente façon de vivre son voyage avant d’y être et d’avoir encore plus envie de partir. Toutefois, n’oubliez pas de laisser place à l’inconnu.

En matière de slow tourisme, nous ne pouvons que vous conseillez le voyage en cargo ou encore les vacances en voilier.

Pour résumer, voyagez moins mais mieux !

#2 Bannir les vols intérieurs à la France

Pour les voyages sur le territoire français, tournez-vous vers des alternatives plus durables : le train, le bus et éventuellement le covoiturage. Vous profiterez ainsi d’autant plus des paysages et de l’expérience du voyage !

Pour ceux qui trouvent que le train est trop lent, rappelez-vous qu’avant de monter dans un avion, il faut prendre un transport jusqu’à l’aéroport, souvent très excentré du centre-ville. À cela, vient s’ajouter l’heure d’avance indispensable pour passer la sécurité et avoir le temps d’embarquer. Enfin, à l’arrivée, vous devez attendre pour descendre de l’avion et récupérer votre valise en soute. N’oubliez pas de prendre tout cela en compte dans votre calcul du temps de trajet : un Paris-Toulouse en train paraîtra tout de suite plus rapide !

#3 Tenter l’expérience de voyager en Europe sans avion

Image

Partir à l’aventure en train ou en bus dans toute l’Europe : et si vous tentiez l’expérience ? Vous pouvez même imaginer un voyage écologique de ville en ville à la découverte des curiosités du Vieux Continent ! Le site Interrail regorge d’idées pour vous évader par les rails. Pour vous inspirez découvrez le tour de l’Europe en train de 2 explor’acteurs.

Nous vous entendons déjà dire que le train est trop cher par rapport à l’avion ou la voiture. Malheureusement, c’est souvent vrai. Toutefois, quand vous comparez le prix, n’oubliez pas de prendre tous les facteurs en compte :

  • le train de nuit peut par exemple vous faire économiser une nuit d’hôtel ;
  • un train arrive en plein centre-ville et vous permet donc d’économiser le prix du transfert jusqu’à l’aéroport ou du parking pour votre voiture.

N’oubliez pas non plus que le bus peut être une alternative intéressante et à plus petit budget pour découvrir l’Europe sans avion. Les compagnies Flixbus et BlablaCar Bus proposent de nombreuses destinations en France et en Europe.

Pour trouver l’inspiration, découvrez où voyager en train en Europe et plein d’idées pour votre prochain voyage en train couchette en Europe.

#4 Limiter l’impact de ses trajets en voiture

Si l’avion est souvent pointé du doigt, la voiture participe pourtant à 34 % des émissions des transports liés au tourisme. En France, elle reste de plus le moyen de transport le plus plébiscité : 74 % des trajets entre son domicile et sa destination de vacances sont ainsi réalisés en voiture individuelle (source : ADEME). En effet, si le train dessert bien les grandes villes, c’est parfois difficile de rejoindre des lieux plus reculé par les rails. De plus, le train reste un moyen de transport plus onéreux que la voiture. Pour vous accompagner découvrez nos 10 idées de week-end sans voiture.

Mais, même en prenant votre voiture, vous avez toutefois quelques moyens d’agir pour limiter l’empreinte carbone de votre trajet :

  • Réduisez votre vitesse sur l’autoroute en passant de 130 à 110 km/h : sur 100 km parcourus, vous ne perdrez que 8 minutes de temps de trajet et économiserez 1,5 litre de carburant. Encore mieux, si vous avez un peu plus de temps : prenez les petites routes ! Vous consommerez moins, n’aurez pas à payer les péages et pourrez peut-être découvrir des petits villages le long de l’itinéraire.
  • Limitez l’usage de la climatisation : pour cela, réglez-là entre 5 et 7°C en dessous de la température extérieure à l’ombre. Au-delà, vous risquez de prendre froid et augmenterez votre consommation de carburant de presque 1 litre pour 100 km. Pensez également à activer la fonction de recyclage de l’air de temps en temps pour éviter de refroidir en permanence l’air extérieur.
  • Essayez le covoiturage pour ne pas partir avec un véhicule à moitié vide ou pour éviter de prendre votre propre voiture. Si vous voyagez entre 2 grandes villes pendant les vacances ou en week-end, vous trouverez sûrement quelqu’un qui fait un trajet similaire au vôtre sur un site de covoiturage comme Blablacar.
  • Enfin, optez pour l’écoconduite en accélérant doucement et en utilisant votre frein moteur autant que possible. Découvrez quelques autres conseils d’écoconduite dans la vidéo ci-dessous.

#5 Limiter l’impact de ses vols en avion

Pour limiter l’impact de vos vols en avion, préférez les vols directs sans escale. En effet, un avion consomme plus au décollage et à l’atterrissage qu’en vol.

Essayez aussi de privilégier les compagnies aériennes qui polluent le moins. Eh oui, toutes les compagnies ne se valent pas sur ce point. Certains opérateurs, comme Transavia, investissent pour réduire l’impact environnemental de leurs vols en jouant sur la conduite des pilotes et les prévisions météorologiques pour réduire la consommation. Rendez-vous sur le classement d’Atmosfair pour une liste des compagnies aériennes les plus vertueuses.

Autres éléments à ne pas négliger pour limiter l’impact de votre vol :

  • limiter le poids de vos bagages. D’après l’Ademe réduire de 15 kg le poids de ses bagages permet d’économiser entre 100 et 200 kg équivalent C02 sur un vol Londres – Tenerife.
  • choisir la classe économique. En effet le calcul de l’empreinte carbone d’un avion se fait notamment en fonction du taux de remplissage de l’avion. Il est bien connu que nous sommes plus nombreux en classe éco ! Cela permet donc d’amortir l’impact sur un plus grand nombre de personnes.

Pour aller plus loin, découvrez notre dossier complet sur l’impact écologique de l’avion.

#6 Repenser ses voyages courts de manière plus locale

Non, vous n’êtes pas toujours obligé de partir loin pour vivre une belle aventure ! Pour vos week-ends prolongés ou séjours de courte durée, pourquoi ne pas privilégier une destination locale pour limiter le nombre de kilomètres parcourus et donc l’impact carbone de vos voyages ?

N’oubliez pas que, rien qu’en France, il y a déjà de superbes opportunités pour vivre des escapades dépaysantes (et plus de 100 hébergements écoresponsables à découvrir !). Voici quelques idées pour commencer à vous inspirer :

Image
  • un road-trip dans les Alpes pour profiter des panoramas époustouflants depuis les sommets escarpés ;
  • une aventure en voilier le long de la côte Atlantique ;
  • du kayak en itinérance le long de la Loire ;
  • un voyage à vélo dans la vallée du Rhône ;
  • un séjour itinérant hivernal avec raquettes et pulka dans le Vercors.

  D’ailleurs pour aller plus loin et encore mieux connaitre la France, découvrez nos idées pour des vacances dépaysantes sans quitter la France.

Toutes ces escapades ont le potentiel de devenir de superbes aventures, sans avoir besoin de partir à l’autre bout du monde ! Pour certaines, vous adoptez même un moyen de transport écologique avec une mobilité active, comme le vélo, la marche ou le kayak.

#7 Éviter les voyages « Instagram »

Les réseaux sociaux sont une superbe source d’inspiration pour planifier et organiser ses vacances. Toutefois, pour un voyage écoresponsable, essayez au maximum de ne pas choisir vos destinations pour leur côté « instagramable ». Autrement dit, ne partez pas simplement parce que vous avez vu une jolie photo sur les réseaux sociaux. C’est le meilleur moyen pour vous retrouver dans un endroit victime du tourisme de masse et pour ne pas apprécier pleinement votre voyage, tout en nuisant à la biodiversité locale.

Une photo vous inspire ? Renseignez-vous sur la destination avant de prendre votre billet d’avion :

  • Quelles activités pouvez-vous y faire ?
  • Qu’allez-vous y voir ?
  • Avec quelles expériences pouvez-vous vous imprégner au mieux de la culture locale ?

Pour illustrer avec un exemple, ne partez pas au Japon parce que vous avez vu une photo de cerisier en fleurs et que vous aimez les sushis. Nous caricaturons un peu mais l’idée est là : essayez au maximum de choisir vos voyages lointains en pleine conscience et dans des endroits qui vous font réellement rêver. Votre expérience n’en sera que plus enrichissante !

Enfin, pour ne pas encourager cette course à la plus belle photo sur Instagram, géolocalisez vos photos de réseaux sociaux de façon responsable. Autrement dit, demandez-vous si l’endroit ne risque pas de souffrir d’un afflux de touristes soudain avant de publier votre photo sur Internet avec votre position.

#8 Compenser l’empreinte carbone de son voyage

Enfin, voici un dernier conseil pour ceux qui veulent mettre la cerise sur le gâteau de leur voyage écoresponsable ! Pensez à compenser l’empreinte carbone de vos voyages qui utilisent un moyen de transport polluant comme l’avion ou la voiture. Vous participerez ainsi à soutenir des programmes de plantation d’arbres ou de réduction des émissions dans d’autres secteurs. Pour allez plus loin, découvrez notre article sur la compensation carbone de vos vacances.

Vous avez maintenant tous nos conseils pour organiser un voyage écoresponsable sans vous priver ! Qu’allez-vous essayer de mettre en place pour votre prochaine aventure ?

Article rédigé par Anaïs Maroteaux, rédactrice web SEO

Anne Chéné